COMMENT « LA MAGIE DU J’EN AI RIEN À FOUTRE » a TRANSFORMÉ ma VIE !

LA MAGIE DU J’EN AI RIEN À FOUTRERésumé :

Vous êtes stressé, surbooké, fatigué de la vie ? Vous en avez votre claque de toujours faire passer les autres avant vous ? Il est temps d’apprendre à vous en f**tre !

Parodiant avec un humour décapant le best-seller interplanétaire de Marie Kondo « La magie du rangement », Sarah Knight nous apprend comment se « désencombrer » des obligations et du sentiment de culpabilité qui les accompagne, pour mieux se consacrer aux gens et aux choses qui nous rendent heureux.

Adoptez sa simplissime méthode MêmePasDésolé en deux étapes, et expérimentez la puissance du « j’en ai rien à foutre ! »… des drames familiaux, de l’opinion des collègues, des gosses des autres, d’être canon en bikini, de l’Islande et de bien d’autres foutaises… Vous retrouverez votre liberté pour dépenser votre énergie, votre temps et votre argent pour ce (et ceux) qui vous tient vraiment à cœur.

Alors plus un moment à perdre ! Votre nouvelle vie commence aujourd’hui !


En bref, mon avis…

Bon, soyons clair, La magie du j’en ai rien à foutre est pour l’instant « THE » livre de cette année 2017 ! En effet, je l’ai tout simplement adoré ! Ce n’est pas un chef d’œuvre, ce n’est pas écrit dans un style très élaboré, ni époustouflant et pourtant, il m’a mis une réelle claque dans la face ! Effectivement, ce livre m’a permis de réaliser certaines choses et de faire le point sur des comportements que j’avais et qui me gâchaient la vie.

À l’aide de son style simple et direct, Sarah Knight nous aide à lâcher le contrôle de notre image en société et nous donne les clés pour pouvoir le faire sans culpabilité ! Ainsi, fini les sorties où on se force à y aller pour faire plaisir à tel ou tel. Fini les repas de famille qui vous gâchent vos dimanches matin (si vous aimez bien, alors allez-y ! 😉). Fini les prises de tête et l’angoisse du jugement. À partir d’aujourd’hui, VOUS N’EN AVEZ PLUS RIEN À FOUTRE ! Plus de culpabilité, plus d’obligations et plus de sourires forcés, vous pouvez enfin vivre libre comme l’air et comme vous l’entendez !

Ce livre a été une telle claque pour moi, que j’espère sincèrement qu’il va vous aussi TRANSFORMER votre VIE ! Bien sûr, cette méthode n’a rien de révolutionnaire, mais elle a moins l’avantage d’être simple et efficace. Mais surtout, dans la La magie du j’en ai rien à foutre, l’auteur met des mots sur des sentiments profonds – que je pense nous ressentons tous, à un moment ou un autre – et ça fait du bien ! Sans jugements et sans honte, on se libère des diktats de la société et on se concentre sur l’essentiel : nous. Ainsi, ce livre n’est pas seulement un livre de développement personnel, c’est aussi un livre qui traite d’une autre facette du minimalisme : le minimalisme communautaire.


Ce que ce livre m’a appris…

  1. Justement, à en avoir « rien à foutre » !

En effet, j’ai longtemps fait passer les autres avant moi-même. Pour plusieurs raisons, je ne voulais pas blesser, délaisser ou pire me justifier de ne pas vouloir participer. Résultat ? Je me suis beaucoup trop longtemps forcé, à faire des choses dont je n’avais pas envie, pour faire simplement « plaisir ».

Grâce à ce livre, j’ai enfin réalisé que je n’étais pas obligé de me forcer ! J’ai enfin compris, que les obligations que je m’imposais, étaient néfastes et anxiogènes pour moi. En effet, à me forcer, j’accumulais simplement plus de rancœur et d’agacement, que de bonheur. Rien qui ne valait donc la peine d’être poursuivi.

Ainsi, à l’aide des conseils de Sarah Knight, j’ai dit STOP à ses comportements toxiques et j’ai définitivement décidé d’en avoir « plus rien à foutre » ! Cette sortie au resto où j’avais promis d’aller et qui fait concurrence à ma grasse matinée au lit : RIEN À FOUTRE ! Ce repas chez Tante Suzette avec tous les cousins qui hurlent et qui se chamaillent : RIEN À FOUTRE ! Cette exposition magnifique au musée – où l’on doit absolument aller, sous peine d’être banni de la famille – RIEN À FOUTRE ! Vous l’aurez compris, le concept est simple et faites-moi confiance, on y prend très vite goût !


  1. À dire STOP à la culpabilité !

Bien sûr, lorsque l’on décide de ne pas aller à un endroit en particulier ou voir quelqu’un – alors que l’’on avait promis –, on peut très vite se laisser envahir par un sentiment de culpabilité. « Que va-t-on penser de moi ? », « Ce n’est pas bien de ne pas être y aller. », « Mon dieu, mais ça va le vexer ! », etc. Voilà le genre de questions qui se posent à nous.

Dans La magie du j’en ai rien à foutre, l’auteur nous apprend aussi à justement dire « STOP ! » à la culpabilité. En effet, pourquoi culpabiliser de faire des choses qui nous font plaisirs et de délaisser celles qui nous contrarient ? Simple logique, l’auteur nous donne les clés, qui nous permettront de remettre les choses à leurs places.

Avec ce livre, j’ai compris que je devais arrêter de me punir, lorsque je refusais une invitation. En effet, si l’on apprend à refuser de la bonne manière et si l’on en abuse pas, les gens ne seront n’y offensés, ni blessés. La seule chose qui compte, c’est de pouvoir expliquer « pourquoi » vous ne voulez pas ou pouvez pas venir. Ainsi, si vous expliquez votre « pourquoi », les autres ne peuvent plus objecter votre raison et vous forcer à venir quand même ! Libérez-vous des activités que vous ne voulez pas faire et surtout, arrêtez de culpabiliser ! Se faire plaisir n’est pas une honte, ni un problème, c’est un droit !


  1. À faire passer le « je », avant le « nous » !

Pour certains, ce conseil peut paraître un peu étonnant, voire même « égoïste », pourtant il est CAPITAL ! À partir du moment, où l’on décide de faire passer sa propre personne, ses propres envies, avant celles des autres, notre vie devient totalement différente ! Je ne dis pas que c’est mieux, je dis simplement que ça fait aussi du bien de penser à soi.

Alors, je vous arrête de suite, penser à soi, n’est ni égoïste, ni égocentrique, c’est simplement naturel. Bien sûr, que je dis moi aussi « oui » à l’altruisme, que je dis « oui » à la bienveillance et au don, mais tout est dans l’équilibre et dans la manière de le faire. Evidemment, celui qui offre sa vie à aider et à secourir les autres, se fait plaisir et le ressent ainsi. Ce n’est donc pas pour lui une obligation ou une activité forcée. À contrario, celui qui se force, qui ne fait pas les choses avec justement cette « bienveillance », ne ressentira pas les choses comme ça.

Aucun des deux comportements – cités ultérieurement – , n’est mieux que l’autre. Ils sont différents et sont le résultat d’un choix personnel, que l’on fait tout le long de notre vie. Vous n’avez pas à culpabiliser ou à vous sentir mal, de ne pas être tout le temps dévouer aux autres. Si ça ne vous convient pas, si vous n’en avez pas envie, ne le faites-pas et puis basta ! Je vous rappelle que vous en avez « RIEN À FOUTRE » de l’avis des autres et qui ce qui compte, c’est votre propre bien-être ! N’en déplaise à certains, c’est AINSI !

Afin de vous aider, j’ai relevé une question, que l’auteur nous propose de nous poser intérieurement, avant de prendre une décision qui impacte la vie des autres. Chaque fois que cela est nécessaire, posez-vous cette question et voyez ce qui en ressort. Voici la citation : « Alors, cessez immédiatement de dire oui pour faire plaisir aux autres et prenez plutôt un moment pour vous interroger : la chose en question vous intéresse-t-elle ? Mieux encore, est-elle digne de l’intérêt que vous lui portez (c’est-à-dire de votre temps, de votre énergie et/ou de votre argent) ». Si la réponse est « non », vous pouvez certainement passer votre chemin !


  1. À faire du tri dans mes « amis » !

La dernière chose que La magie du j’en ai rien à foutre m’a appris et sans doute, la chose qui m’a le plus troublée ! Effectivement, avec ce livre, j’ai mis le doigt sur un minimalisme que j’avais déjà effleuré, mais pas encore mis en place. Le MINIMALISME COMMUNAUTAIRE ! Alors, qu’est-ce que ce concept ? J’en parlerai plus en détail dans un autre article, mais pour faire bref, on remplace le PLUS, par le MIEUX !

Effectivement, lorsque l’on commence à décider de choisir consciemment, d’aller ou non à une sortie et de passer du temps ou non avec une personne, on se rend compte de l’importance de notre choix ! Grâce à ce livre, j’ai appris à me détacher de la peur de blesser des personnes, avec qui de toute façon, je n’avais pas envie de passer du temps. Ce n’est pas contre ces personnes que je le fais, je n’ai rien contre elles, c’est simplement que je n’en ai pas ENVIE ! Il n’y a pas toujours de justification à cela, c’est simplement comme ça, un point c’est tout.

Par conséquent, en choisissant de favoriser la qualité, à la quantité, on découvre et redécouvre les personnes qui comptent vraiment pour nous ! En effet, elles ne sont plus noyées dans la masse et ainsi, elles se révèlent à nous. Depuis que j’ai arrêté d’investir mon TEMPS, mon ÉNERGIE et mon ARGENT, dans des activités qui ne me font pas plaisir et dans personnes que je n’ai pas envie de voir, j’ai gagné dans beaucoup de domaine !

Ainsi, j’ai plus de temps pour les personnes qui comptent vraiment, j’ai plus de temps pour moi et mes projets et j’ai plus d’énergie à consacrer à tout ça ! Je fais MOINS, mais je fais MIEUX ! Aujourd’hui, lorsque je passe du temps avec quelqu’un, c’est parce que j’en ai réellement envie et non par peur de blesser ou d’être seul. Du coup, je suis plus présente et plus attentive à la personne et j’ai ainsi pu voir une grosse amélioration dans mes relations !


Pour conclure cet article, je peux dire que grâce à La magie du j’en ai rien à foutre, j’ai enfin compris que je devais arrêter de me forcer ou alors de dire « oui » pour ne pas avoir besoin de me justifier. Aujourd’hui, je choisis consciemment les activités auxquelles je participe et les personnes que je fréquente. Je ne culpabilise plus de ne pas être présente à certains événements et de ne pas me forcer. Je fais simplement, ce qui me fait plaisir et ce qui m’apporte du bien-être et du bonheur ! De toute façon, je pense sincèrement, que si l’on fait les choses en se forçant, ça se ressent et l’expérience en pâtira obligatoirement. Épargnons-nous ça – à nous et aux autres – et arrêtons de nous contraindre à des obligations futiles ! Libérez-vous des contraintes sociales et vous verrez, votre vie n’en deviendra que meilleure !


J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a donné envie de lire La magie du j’en ai rien à foutre et de vous aussi, vous affranchir des contraintes et des obligations sociales ! N’hésitez pas à le commenter et à le partager, c’est gentil et c’est gratuit ! ♥

FAIRE MOINS, POUR FAIRE MIEUX, VOILÀ CE QUI VA TRANSFORMER VOTRE VIE MES WARRIOS !
Partagez si vous avez aimé ! :)

Laisser un commentaire